Escalade : Kilimandjaro


Au sommet de l’Afrique

Le Kilimandjaro se dresse au-dessus des plaines et des savanes du Kenya et de la Tanzanie, tel un géant solitaire. En faire la montée est un important défi récompensé par une série de panoramas sublimes. Les amateurs de randonnée seront aussi séduits par un spectaculaire safari dans le Serengeti et par un court-séjour de rêve sur l’idyllique Zanzibar.

Le Kilimandjaro ou Kilimanjaro est une montagne située au nord-est de la Tanzanie et composée de trois volcans éteints : le Shira à l’ouest, culminant à 3 962 mètres d’altitude, le Mawenzi à l’est, s’élevant à 5 149 mètres d’altitude, et le Kibo, le plus récent géologiquement, situé entre les deux autres et dont le pic Uhuru à 5 891,8 mètres d’altitude constitue le point culminant de l’Afrique. Outre cette caractéristique, le Kilimandjaro est connu pour sa calotte glaciaire sommitale en phase de retrait accéléré depuis le début du XXe siècle et qui devrait disparaître totalement d’ici 2020 à 2050. La baisse des précipitations neigeuses qui en est responsable est souvent attribuée au réchauffement climatique mais la déforestation est également un facteur majeur. Ainsi, malgré la création du parc national en 1973 et alors même qu’elle joue un rôle essentiel dans la régulation bioclimatique du cycle de l’eau, la ceinture forestière continue à se resserrer. En effet, la montagne est notamment le berceau des pasteurs masaï au nord et à l’ouest qui ont besoin de prairies d’altitude pour faire paître leurs troupeaux et des cultivateurs wachagga au sud et à l’est qui cultivent des parcelles toujours plus étendues sur les piémonts, malgré une prise de conscience depuis le début du XXIe siècle.

Après la surprise engendrée dans le milieu scientifique avec sa découverte contemporaine par Johannes Rebmann en 1848, le Kilimandjaro a éveillé l’intérêt des explorateurs comme Hans Meyer et Ludwig Purtscheller qui parviennent au sommet en 1889 accompagnés de leur guide Yohanas Kinyala Lauwo. Par la suite, il a constitué une terre d’évangélisation que se sont disputé catholiques et protestants. Enfin, après plusieurs années de colonisation allemande puis britannique, il a vu l’émergence d’une élite chagga qui a été un pilier dans la naissance d’une identité nationale avec comme point d’orgue l’indépendance du Tanganyika en 1961.

Depuis, le Kilimandjaro est devenu une montagne emblématique, évoquée ou représentée dans les arts et symbolisée sur de nombreux produits à vocation commerciale. Elle est très prisée par les milliers de randonneurs qui réalisent son ascension tout en profitant de la grande diversité de sa faune et de sa flore. L’ascension du Kilimandjaro est très prisée par de nombreux randonneurs, notamment par ceux qui se lancent à l’assaut des sept sommets. Environ 20 000 personnes franchissent l’entrée du parc national de Kilimandjaro et réalisent l’ascension chaque année. La meilleure période est de juillet à octobre ou en janvier et février afin d’éviter les saisons des pluies. La règlementation du parc impose les sentiers de randonnées, les moyens à mettre en œuvre pour faire l’ascension (garde, etc.) et récolte les droits d’entrée. Il est conseillé d’être suivi de porteurs, éventuellement d’un cuisinier mais la loi oblige à être accompagné d’un guide homologué. Toutes ces ascensions nécessitent une bonne condition physique, notamment pour se prémunir du mal aigu des montagnes.

Si les risques sont faibles, quelques touristes ont cependant perdu la vie lors de cette ascension, par accident ou par manque de préparation. Il convient donc de rester prudent et de s’entraîner avant de la tenter puisque seulement 40 % des ascensions sont couronnées de succès. Des gardes sont stationnés sur la montagne pour permettre une évacuation rapide en cas d’urgence.Itinéraires de randonnée Il faut compter entre six et dix jours pour parvenir au sommet et en revenir. Les sentiers pour le sommet du Kilimandjaro empruntent pour la plupart le versant méridional du volcan ; certains sont très fréquentés. Les itinéraires sur le versant septentrional sont réservés aux alpinistes chevronnés. Il existe sept points de départ (gate) autour de la montagne et plusieurs variantes.Rongai Route ou Oloitokitok Route .

Cet itinéraire est le plus septentrional et démarre à 1 950 mètres d’altitude. Il est peu fréquenté, mieux préservé, relativement facile et demande cinq à six jours d’ascension pour 45 kilomètres de marche. Il est privilégié durant les périodes des pluies car moins arrosé. Le camping est la seule option pour les trois premières nuits. La seconde partie de l’itinéraire est équipée de refuges et offre une variante plus directe qui reste plus éloignée du Mawenzi. L’ascension finale passe par Gillman’s Point.

Publicités
Cet article, publié dans Alpinisme, Environment, Escalade, Hiking, Trekking, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s