LE NOUVEL ARÉNA DANS LE SECTEUR DE SAINT-CANUT

La Ville de Mirabel compte désormais trois arénas sur son territoire depuis la récente inauguration de celui du secteur Saint-Canut. Un projet qui se distingue notamment par les mesures permettant de limiter la consommation d’énergie.

Situé dans le parc Victor-Lapointe, le nouvel établissement a nécessité un investissement de 5, 2 millions de dollars. La Ville a, dans le cadre de ce projet, obtenu trois subventions. Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport a apporté une contribution de 1 500 000 $. Puis, en matière d’efficacité énergétique, une somme de 54 000 $ a été octroyée par l’Agence de l’efficacité énergétique dans le cadre de son programme OPTER, et un montant de 196 000 $ a été attribué par Hydro-Québec.

Un projet « vert »

Lors de la construction de cet aréna, de nombreuses initiatives ont été mises de l’avant pour respecter des normes environnementales strictes et se distinguer en matière d’efficacité énergétique. «La consommation d’énergie de cet aréna est 44 % inférieure à un aréna type construit selon les modèles conventionnels», explique Robert Cummins, chef de la direction chez TST Systèmes énergie Inc.

Parmi les mesures qui ont été mises en place pour un meilleur souci de l’environnement et limiter la consommation d’énergie, M. Cummins parle notamment du système de réfrigération, le cœur de la bâtisse, qui permet la récupération de chaleur des équipements de réfrigération pour le chauffage des gradins, des chambres des joueurs ou de l’eau de consommation par exemple. Aussi, il cite la déshumidification de l’air des gradins, l’utilisation d’un réfrigérant plus écologique (aucun effet sur la couche d’ozone), le plafond à faible indice d’émissivité qui réduit de 14 % la charge de réfrigération, le circuit multi-passes dans la dalle, et les actions réalisées pour un meilleur éclairage et un contrôle centralisé ajustable et programmable selon les périodes d’activités.

Plus précisément, soulignons qu’il y a, grâce à la récupération de chaleur, une économie d’énergie annuelle d’un peu plus de 700 000 kWh-équivalents, ce qui représente environ un gain de 49 000 $.

Mentionnons que ce nouvel établissement, qui bénéficie également d’une surfaceuse électrique, dispose d’une patinoire réglementaire de 85 pieds par 200 pieds. Il peut accueillir 450 personnes assises et 400 personnes debout.

****************************************************************************

Enquête – Sa glace, sa glisse, ses gadins. Lieu d’exploits sportifs et de chutes mémorables, la patinoire est un gouffre énergétique et une bombe à gaz à effet de serre. Alors pour patiner vert, faut-il foncer sur la piste synthétique ?

Une patinoire est un frigo, puissance 10. Elle a donc les mêmes défauts puissance 10. Comme un réfrigérateur, elle utilise des fluides frigorigènes, généralement des hydrocarbures fluochlorés, qui fuitent. Or, derrière ce nom barbare se cachent de puissants gaz à effet de serre qui, de surcroît, détruisent la couche d’ozone (lire ci-contre). Comme un frigo, une patinoire consomme de l’énergie. Et sous nos latitudes, où les pistes à gadins ne se forment pas naturellement, leur groupe réfrigérant fonctionne à plein tubes, plus encore lorsque Evelyne Dhéliat nous annonce un hiver clément. Gare à la facture EDF en période de pointe tarifaire.

Publicités
Cet article, publié dans CO2, CsC, Environment, Groupe CSC, Refrigeration, Technology, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s